1 2 3

Vous êtes ici

Pour un autre volet économique de l'ANRU2

0 Commentaires

Présentation du volet économique de l'ANRU2

Nous avons découvert le volet développement économique du projet de renouvellement urbain de la Villeneuve dans une synthèse, publiée en décembre 2017, par le groupement Passagers des Villes (https://jeparticipevnvo.files.wordpress.com/2017/12/443-171130-dossier-s...). Voici un résumé de leurs réflexions :

A. D'une part, les Passagers des Villes affirment qu'il existe un tissu économique vivant et à soutenir autour des activités de santé, de l'action socialE, de l'enseignement (?), du commerce, des services. Ils considèrent que les Villeneuves sont des « incubateurs de fait ». Ils font état d'une liste des « motivations qui pousseraient les « entrepreneurs » à s'implanter sur les Villeneuves : le fait qu'ils résident majoritairement sur place, qu'ils peuvent commencer leurs activités par une implantation à domicile, qu'il existe des prix abordables (malgré des conditions d'implantation non-optimum). Selon ce document, les entreprises seraient satisfaites de leur implantation mais exprimeraient un sentiment d'isolement, notamment pour les activités implantées sur dalle. De plus, l'offre commerciale est jugée « dense et déqualifiée » notamment à la convention et aux géants avec des problèmes de vacance des locaux commerciaux, une spécialisation alimentaire et un phénomène d' « évasion commerciale ». La trame urbaine est jugée « impropre » au commerce aboutissant à l'introduction d'activité non commerciales dans les locaux (association, santé, services publics...). Il est noté qu'il existe également un déficit de services de type banque et assurance.

B. D'autre part, Passagers des Villes considèrent la polarité sud comme une grande zone « tertiaire » de la Métropole (devant Europole) avec la présence d'une dizaine zones d'activités économiques dédiées à des activités économiques tertiaires ou industrielles. Cette dynamique est toutefois fragile. Il existe notamment un problème de friches des locaux tertiaires. L'étude ne va pas jusqu'à réellement expliquer le phénomène actuel (en réalité, ces « friches tertiaires » sont la conséquence de l'inadaptation de l'offre construite des années 70). Ces espaces permettent d'envisager des volumes importants de programmes économiques (42000m2) mais la plupart des tènements stratégiques ne comptent pas encore de programmation (Prémalliance, Crous, Allibert, Lidl, Citroën...) ou alors les projets envisagés sont jugés inadaptés aux besoins. Impossible de se satisfaire de cette situation.

Ces constats amènent Passager des Villes à suggérer :
1-un besoin de restructuration et de densification du tissu économique qui passerait par la nécessité d'une image renouvelée du territoire
2-un besoin d'accompagnement dans le domaine de l'emploi et de la formation et de la création d'entreprises.

Malheureusement, le document ne va pas au-delà de ces constats... On ne trouve pas de synthèse des études passées, ni le volet économique du projet urbain stratégique et économique (PUSD) formulée par l'atelier populaire d'urbanisme (APU), ni des références aux excellents travaux de POPSU2 sur le potentiel de l'économie productivo-résidentielle, et aucune une réflexion élargie au bassin de vie et d'emploi, qui est évidemment l'échelle pertinente pour les questions concernant le développement économique. Le document manque cruellement d'ambition. Il n'y a ni vision partagée, ni réelle stratégie de développement économique.

Nous avons pourtant besoin d'une vision économique pour les Villeneuve au 21ème siècle mais pour l'instant, nous constatons qu'elle n'a pas encore émergé du côté des experts ou des élites politiques. De fait, les seules perspectives concrètes issue de cette étude sont :

⁃ la restructuration d'une polarité commerciale le long de l'avenue des Etats Généraux avec la création de 2000m2,

⁃ la création d'un pôle de services et restauration sur les parkings de Grand place,

⁃ une proposition de maintenir une polarité commerciale autour de la place du marché de l'Arlequin (mais sans véritable ambition).

⁃ des hypothétiques projets vers le collèges des Saules à proximité de l'îlot Citroen.

Pour le dire simplement, le compte n'y est pas. Pour une relance et de l'attractivité commerciale et économique de la Villeneuve, il faut réussir à créer une vision partagée qui s'appuie sur les dynamiques existantes et attirent de nouvelles activités économiques. Les Passagers des villes essayent de faire redémarrer un vieux train alors que nous avons besoin de nouvelles locomotives pour faire face aux défis de la transition sociale, écologique et démocratique.

Tags: