1 2 3

Vous êtes ici

LES COMMUNS URBAINS ET LE DROIT A LA VILLE (partie 2)

0 Commentaires

RETOUR SUR LES ACTIONS SUR LES ESPACES PUBLICS organisées avec l'Assemblée des Communs le JEUDI 15 MARS 14H, sur la place du Marché de l'Arlequin et le VENDREDI 16 MARS à 11H sur la Place St Bruno

Première partie

Cette action s'est déroulée entre le marché St Bruno et le square de la dragonne. Comme à la Villeneuve (voir Retour sur l'atelier sur les Communs urbains partie 1), l'objectif était de réaliser une cartographie des usages de la place pour identifier les possibilités qu'elle devienne un commun urbain afin de contribuer et matérialiser le Droit à la Ville.

Nous avons relu le panneau réalisé la veille à la Villeneuve autour du schéma « communauté, ressource, gouvernance » qui circulent dans les assemblées des communs.

Ce schéma s'appuie sur les analyses de Daniella Festa qui indique que trois éléments principaux sont au cœur du concept des communs : les ressources communes entendues comme objets, espaces matériels et immatériels, indépendamment de leur appartenance publique ou privée ; l’activité de commoning (les pratiques de mise en commun) ; et les communautés (appelées commoners) impliquées dans la création et la reproduction des biens communs, dont l’existence s’inscrit dans un rapport de réciprocité directe.

A. Communauté

Nous avons cherché à identifier quels sont les groupes qui utilisent la place St Bruno. Cette première liste a ouvert une discussion sur les usages de cette place et repérer d'éventuelles pratiques de commoning.

Familles, habitants, enfants, ado, jeunes
commerçants, forains, café
utilisateurs des cafés, terrasses
union de quartier, cuisine sans frontière, associations, histoire de, Nuit Debout
migrants
squat,
cuisine du samedi
personnes âgées
vendeurs / acheteurs de drogue
vendeurs de cigarettes
service public : maison des habitants, la poste, bibliothécaire
croyants (église, mosquée...)

B. Ressources

Nous avons ensuite essayé de caractériser les ressources de la place St Bruno :

Comme pour la place du marché de l'Arlequin, la ressource est d'abord spatiale : sa localisation à proximité du Tram St Bruno et de la gare de Grenoble et ses multiples accès, le parking.

La dragonne est un vaste espace de jeux qui a été créé en 2017 suite à la proposition d'un collectif d'habitant qui a été retenu dans le cadre du budget participatif. Cet espace a été très vite approprié par les enfants et les familles.

Le marché St Bruno est un lieu où l'on trouve de très nombreuses ressources (alimentation, vêtements, chaussures, plantes, matériel de nettoyage, montre, pile, multitude d'objets...). Cette place permet également l'échange de nombreuses ressources à travers les échanges, les contacts, les relations, les services, les jours de fêtes...

On trouve évidemment plusieurs fontaines et de l'électricité.

Les déchets sont des ressources mais ne sont pas valorisés.

Les services publics (bibliothèque, la poste...).

Une participante est passé vers 11h mais avait ensuite un rendez vous au centre ville. Lorsqu'elle est revenue, elle s'est étonnée de la lumière de la Place St Bruno. En effet, cette place est beaucoup mieux exposé que de nombreux lieux du centre ville.

C. Gouvernance

La discussion a ensuite portée sur la gouvernance de la place St Bruno. Nous avions plusieurs fiches de la Gestion Urbaine & sociale de proximité (GUSP).

Nous avons constaté que le mode de gestion de la place est de partir des problèmes (propreté, pb de stationnement, nuisances, crottes de chien...) pour ensuite essayé de répondre à partir de solutions proposées par les habitants puis instruites par les services.
Ce mode de gestion est certainement utile pour régler certains problème quotidiens, mais semble oublier les usages et les ressources de la place. La place est évidemment réglementé par une multitude de règlements concernant les marchés, l'espace public, les locaux commerciaux...

Nous avons évoqué le fait que le budget participatif était un mode de gouvernance qui avait donné des bons résultats avec la création de la dragonne et l'installation future d'un espace d'accueil de l'association « Parlons-En »/

Discussion

Au cours de cette action, nous avons été souvent interpellé par des passants inquiet de l'avenir du marché St Bruno : « il paraît qu'ils vont déplacé le marché »....

Il y a eu également des questions de méthodes : "comment attirer le chaland ?", "comment aller vers les autres". Il y avait des fond de cartes qui permettait d'aller vers d'autres personnes pour engager des discussions, mais elles n'ont pas été utilisés. On a plutôt attendu que les personnes se regroupent autour des panneaux.

Nous avons également évoqué les marches exploratoires qui ont eu lieu sur la place St Bruno afin de discuter de la place des femmes dans l'espace public.

Il existe en effet des réflexions sur l'avenir de cette place. Un nouvel investissement de la métropole est prévue pour « traiter les abords de la dragonne ».

Cette action n'a pas permis d'aller plus loin. Il serait surement nécessaire de renouveler l'initiative à plusieurs reprises pour aboutir à une meilleure gouvernance de ce commun urbain.