Le dernier combat d’André Béranger à la Villeneuve

Cette lettre est un hommage à André Béranger, un pionnier de l’Arlequin, instituteur et militant de la Villeneuve de Grenoble qui a défendu les droits humains tout au long de sa vie, en particulier le droit à l’éducation, le droit au logement et le droit à la ville.

André Béranger entouré de sa femme et ses amis en 2012

Arrivé à l’Arlequin en 1975, André Béranger était un instituteur de l’ambitieux projet pédagogique de la Villeneuve qui visait à créer des écoles ouvertes, décloisonnées, anti-autoritaires et émancipatrices. Il incarnait cette révolution de l’école après mai 68 . Face à la normalisation imposée par l’inspection académique, il a toujours défendu les principes énoncés dans la charte du projet éducatif de Villeneuve : pour la co-éducation, l’ouverture et l’autogestion. Rebelle et humaniste, tribun infatigable, il a cherché à concrétiser le rêve municipaliste de Jean Jaurès  : «que  les communes aient le droit d’instituer des expériences éducatives ou des programmes nouveaux pour essayer de nouvelles méthodes ou des doctrines plus hardies ».

André Béranger exprimait souvent son indignation face aux injustices. Il a mené d’innombrables combats en soutenant sans relâche ses anciens élèves, leurs familles, ses voisins, les enfants du Réseau Education Sans Frontière (RESF) et plus largement tous les mal-logés ou sans logement. André Béranger était un homme du peuple. Il aimait être au milieu des siens lors des rassemblements, des spectacles, des carnavals, des fêtes de quartier. Ces temps forts de la culture populaire étaient l’expression de l’égalité, du sens du voisinage et de l’amitié entre les habitants. Au côté de sa femme Ariane, André Béranger a participé à la création de l’association du 30/40 Arlequin pour l’amélioration du cadre de vie. Il défendait l’importance d’une pratique politique ancrée dans la vie quotidienne favorisant l’organisation et la solidarité entre voisins.

André Béranger est resté fidèle au projet politique de la Villeneuve. Le regard tourné vers l’avenir, il considérait la Villeneuve comme un bien commun à défendre et à transmettre aux prochaines générations en préservant le logement populaire. Il a co-fondé l’association Villeneuve Debout au lendemain de l’été 2010, puis le collectif contre les démolitions et soutenu la mise en place de l’Atelier Populaire d’Urbanisme (APU). Il était membre de plusieurs conseils d’administration dont le Crieur et Planning où il militait pour la prise en compte des enjeux éducatifs dans une approche globale de l’urbanisme. On se souvient de son interpellation de la ministre Cécile Duflot en 2012 avec la banderole « ce qui se fait pour les habitants, sans eux, se fait le plus souvent contre eux ». Il a contribué aux propositions pour le rapport de Marie-Hélène Bacqué et Mohamed Mechmache « pour une réforme radicale de la politique de la Ville. Ca ne se fera plus sans nous ». Il était un pilier de la Table de Quartier de la Villeneuve pour favoriser l’expression des habitants et l’initiative citoyenne.

André Béranger défendait les logements sociaux de l’Arlequin. Indigné par le projet de démolition du 50 puis du 20 Galerie de l’Arlequin, André Béranger défendait le droit des habitants à décider l’avenir de leur immeuble. Sa détermination a permis de mener une lutte exemplaire pour la défense du logement sociaux avec les Résidents Arlequin, le DAL et l’APU. Quelle énergie déployée pour organiser les pétitions, les manifestations, les réunions publiques jusqu’à l’inédit référendum d’initiative citoyenne RIC Arlequin ! André Béranger était attentif à que ceux qui ne sont jamais entendu-e-s puissent s’exprimer. Il oeuvrait pour la démocratie avec une méthode expérimentée dans les cafés éducs : organiser les assemblées d’habitants en groupes de quatre ou cinq personnes pour que la parole de chacun soit entendue. C’était la condition pour qu’émergent des idées d’actions qui soient décider collectivement pour transformer la réalité. Alors que l’on expérimentait des méthodes d’organisation des habitants pour favoriser un urbanisme participatif, il nous a transmis plus qu’une méthode, un véritable courant de pensée en acte : une « Ecole de la Villeneuve ».

Avec pudeur mais sans tabou, André Béranger a mené son dernier combat contre la maladie avec dignité. Malgré les difficultés, il tenait à être présent, actif, informé et engagé. André Béranger demeurera indéniablement une figure majeure de la Villeneuve comme en témoigne l’hommage qui lui a été rendu en plein confinement. La veille de sa mort, des dizaines d’habitants se sont réunis en entonnant des chansons engagés au rythme des percussions, scandant son prénom en apercevant sa silhouette à la fenêtre de son immeuble de la Galerie de l’Arlequin. Le lendemain, nous avons reçu ton message « je tire ma révérence » qui nous annonçait ton geste ultime et courageux.

Merci André, nous poursuivrons tes chers combats. Nous exprimons nos condoléances à sa famille : sa femme Ariane, ses enfants Marion, Florence et Sylvain, tous ses petits-enfants, ses voisin-es et ses ami-e-s.

L’Atelier Populaire d’Urbanisme (APU)

Association Next Planning, 97 Galerie de l’Arlequin 38100 Grenoble

Version PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *